• Inconnu

     
    Inconnu qui habite mon corps depuis la nuit des temps
    Qui me hante et me parle de ton souffle tremblant
    Et qui parfois commande mes gestes et ma voix
    Comme si je n'étais qu'un vulgaire pantin de bois

    Cadavre toi qui un jour en moi fut enterré
    Je suis le cercueil qui te fut atttribué
    Aujourd'hui ton corps gît sagement dans le mien
    Et mon esprit se bat pour détruire le tien.

    Malheureux défunt quand parfois tu t'éveilles
    C'est alors moi qui tombe dans ton lourd sommeil
    Et toi tu prends ma plume et t'exprimes à travers les mots
    Ton sang coule sur ma feuille et y encre nos maux.

    Mais nul encore ne sait que tu es là en moi
    Nul n'imagine que je suis deux personnes à la fois
    Moi qu'ils connaissent et dont le coeur bat
    Et toi bel inconnu qui dort au fond de moi.


  • Commentaires

    1
    Lundi 28 Mai 2007 à 16:01
    ...
    Et le bel inconnu se reveille, et le bel inconnu déverse torrents de larmes et de sang, et le bel inconnu repart dans les abysses de l'âme ... mais qu'il est beau, cet inconnu. I love it :-D bizOo
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :